Évaluation rapide sur la sécurité alimentaire après l´Ouragan Matthew

PORT-AU-PRINCE, le 25 Octobre 2016 -1,4 million d'Haïtiens ont besoin d’assistance alimentaire dans le sillage de l'ouragan Matthew, qui a dévasté massivement les stocks et les cultures à travers de larges pans de l’ile. Plus de la moitié, 800.000 personnes, ont un besoin urgent d'assistance alimentaire immédiate, selon une évaluation d´urgence sur le terrain.

L'évaluation menée par le Gouvernement d'Haïti, la Coordination nationale pour la sécurité alimentaire (CNSA), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unies (FAO) la semaine suivant l'ouragan, confirme le besoin urgent de fournir une assistance alimentaire immédiate et d´aider les communautés à commencer à reconstruire leurs moyens de subsistance. 

Dans le département de Grande’Anse, l'agriculture a été pratiquement détruite, les entrepôts ont subi de sérieux dégâts, et la disponibilité de produits locaux est maintenant réduite à des fruits tombés des arbres. Environ 50 pour cent du bétail a été perdu dans certaines zones du département. 

Sur la côte sud d'Haïti, les activités de pêche sont paralysées car les filets, les pièges, les bateaux et les moteurs étaient emportés par les inondations. En conséquence, le revenu que les familles peuvent utiliser pour acheter de la nourriture est presque inexistant. Pendant ce temps, les pertes de cultures vivrières dans le département du Sud ont été presque totales. Près de 90 pour cent de la forêt et des arbres fruitiers du département ont été gravement endommagés ; les 10 pour cent restants ne seront sûrement pas productifs cette saison.

« Les produits locaux sur les marchés seront bientôt épuisés et nous avons besoin de plus de fonds pour poursuivre les distributions de vivres auprès de 800.000 personnes ayant besoin d'aide alimentaire ce qui est plus urgent », a déclaré Miguel Barreto, directeur régional du PAM en Amérique latine et dans les Caraïbes.

« La campagne agricole hivernale approche à grands pas. Les agriculteurs ont tout perdu. Si nous n’agissons pas dès maintenant, en leur fournissant des semences, des engrais et d’autres outils dont ils auraient besoin, ils ne seront pas en mesure de semer et seront alors confrontés à une insécurité alimentaire persistante, » dit Nathanaël Hishamunda, Représentant de la FAO en Haïti. M. Hishamunda a également souligné l'engagement de l'Organisation aux côtés du Ministère de l'Agriculture pour la réalisation de son Plan de réponse d'urgence. Il s'agira notamment de réhabiliter les exploitations agricoles impactées et d'améliorer la sécurité alimentaire des ménages ruraux.

L’évaluation d’urgence montre que la Grande-Anse et le Sud n’étaient pas les seuls départements dont les approvisionnements alimentaires et l’agriculture ont subi des dégâts.

Ainsi, dans le département des Nippes, les communes de Petit-Trou-de-Nippes, Baradères, Grand-Boucan, Plaisance-du-Sud, l'Asile, Petite-Rivière-de-Nippes, ont été sévèrement touchées, avec près de 80 pour cent des cultures détruites.

Dans le département d’Artibonite, Anse-Rouge était la commune la plus durement frappée. Toutefois, les quatre municipalités qui composent l’arrondissement du Môle-Saint-Nicolas (Baie de Henne, Bombardopolis, Jean Rabel et Môle-Saint-Nicolas) ont été également touchées. Dans cette région, l’ouragan a détruit 60 à 90 pour cent des cultures. De même, l’élevage, activité répandue dans le Nord-Ouest, enregistre des pertes considérables, avec 60 à 80 pour cent du bétail décimé.

Dans le Sud-Est, le secteur agricole a été touché, avec des dégâts observés sur l'ensemble du département. On estime que près de 25 pour cent des cultures de maïs ont été perdues, et qu’entre 60 et 90 pour cent d’autres cultures ont vu des dommages. Près de 60 pour cent des équipement de pêche ont été endommagés ou perdus, tandis que les pertes liées au commerce sont estimées à environ 40 pour cent

La CNSA appelle à une coordination efficace des réponses à travers des mécanismes institutionnels solides, la mise en place d’un système adéquat de suivi et d’évaluation et de consultation afin d’assurer la cohérence, la transparence et l’efficacité. 

La communauté humanitaire en Haïti a un besoin urgent de 56 millions de dollars américains afin de répondre aux besoins alimentaires des personnes touchées par l’ouragan Matthew au cours trois prochains mois.

Pour lire le rapport complet

Autres publications