L´ONU soutien les efforts d’Haïti pour une gestion durable de l´eau, un pilier crucial pour devenir un pays émergent à l´horizon 2030

-Les Nations Unies saluent le fait que 73 % de la population haïtienne a maintenant accès à une source d'eau potable en conformité avec les standards internationaux, ce qui représente une amélioration de 15% par rapport à 2015.

-À l´occasion de la Journée mondiale de l´eau, les Nations Unies reconnaissent et encouragent le travail d´Haïti dans la recherche d’alternatives durables à des pratiques comme l´abattage des arbres, un des facteurs qui favorisent la désertification et la sécheresse.   

Las Palmas Cholera Reduction Campaign phase 3 inaugurationSources d’eau ameliorée dans une zone rurale en Haïti.

 

 

Port-au-Prince, le 21 mars 2018- À l´occasion de la Journée mondiale de l’eau le 22 mars, les Nations Unies en Haïti réitèrent leur soutien au pays dans ses efforts vers une gestion durable des ressources hydriques qui améliore l’accès de la population à l´eau potable et à l´assainissement. Ceci est crucial pour faire avancer l´ensemble des Objectifs de Développement Durable et l’engagement d´Haïti de devenir un pays émergent à l´horizon 2030.

Le Coordonnateur Résident des Nations Unies en Haïti, Dr. Mamadou Diallo, a souligné que les Nations Unies restent aux côtés d´Haïti pour faire avancer ses priorités de développement, qui représentent « l´engagement d´Haïti avec ses enfants et ses petits-enfants, avec les générations futures ». « La famille des Nations Unies en Haïti est aux côtés des Haïtiens et des autorités Haïtiennes dans leurs efforts pour bâtir un développement durable, en reconnaissant qu’ils ont dans leurs mains la construction d´un futur meilleur, dans lequel une gestion durable de l´eau est primordiale », a ajouté le Dr. Diallo.

Autour du thème international « L'eau : la réponse est dans la nature », les Nations Unies proposent cette année une réflexion sur les différentes manières dont nous pouvons utiliser la nature pour surmonter les défis de l'eau du 21ème siècle, puisque les solutions basées sur la nature ont le potentiel de résoudre nombre de nos problèmes d'eau.  

Les Nations Unies saluent le fait que, selon les derniers études disponibles (1), 73 % de la population haïtienne a maintenant accès à une source d'eau potable en conformité avec les standards internationaux[1], ce qui représente une amélioration de 15% par rapport à 2015. En ce qui concerne l´assainissement, l´organisation salue également l’augmentation de 18% à 33% du pourcentage de la population ayant accès à une installation d´assainissement améliorée entre 1990 et 2016 [2].  

En dépit des progrès, l´accès universel à l´eau potable et à l´assainissement constitue encore en Haïti un défi impératif pour avancer dans l´ensemble des Objectifs de Développement Durable (ODD). Cet accès est reconnu comme un droit fondamental par l´Assemblée générale des Nations Unies depuis 2010, et est considéré prioritaire dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, notamment dans l´Objectif de Développement Durable numéro 6 : « Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ». Par ailleurs, l´ONU rappelle que les femmes et les filles sont particulièrement touchées par le manque d’accès à l’eau potable et à l´assainissement dans un contexte où en certes zones rurales plus de 40% de la population a besoin de plus de 30 minutes de marche pour se procurer de l’eau[3], une tâche majoritairement menée par les enfants, les femmes et les filles, qui sont les principales pourvoyeuses et gestionnaires de l´eau dans les ménages haïtiens. Cela entraine des conséquences négatives sur la santé en général et la santé reproductive en particulier, sur la maternité et les enfants, lesquels représentent les générations futures du pays.

                                                                                                                FIN

 

[1] Selon EMMUS VI (2016-2017). Les sources d’eau améliorées sont les branchements domestiques situés dans l’habitation de l’utilisateur, sa parcelle ou sa cour, les robinets publics ou les bornes fontaines, les puits tubulaires ou les forages, les puits protégés, les sources protégées, la collecte des eaux de pluie.

 

[2] Selon EMMUS VI (2016-2017). Les installations d'assainissement améliorées sont les chasses d'eau manuelles ou mécaniques vers réseau d'égout, fosse septique et latrines à fosse, latrines améliorées à fosses ventilées, latrines à fosse avec dalle et toilettes à compostage. 

.

 

Contact media:

José Ignacio Martín Galán, Responsable de communication du Bureau du DSRSG/RC/HC- Secrétaire du Groupe de Communication des Nations Unies, jose.martin@one.un.org, tel. 509 31031275

Sophie Boutaud de la Combe, Chef du Bureau de la Communication et Porte-parole de la MINUJUSTH, boutauddelacombes@un.org,  tel. +509 37 02 90 42

 

 

 

Autres notes d' information