Haïti : Ban Ki-moon demande aux donateurs de répondre à l'appel de fonds humanitaire

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors de sa visite en Haïti le 15 Octobre.

20 octobre 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé jeudi aux donateurs de répondre à l'appel de fonds humanitaire de 120 millions de dollars pour venir en aide aux Haïtiens touchés par l'ouragan Matthew, lors d'une rencontre avec l'Assemblée générale des Nations Unies.

« Samedi, je suis allé aux Cayes, qui a été très affectée par l'ouragan Matthew. J'ai vu d'énormes dégâts. Les gens qui avaient auparavant peu, n'ont maintenant plus rien. Pas de maisons. Pas de cultures. Aucun élevage et aucun moyen de subsistance », a souligné M. Ban lors de cette rencontre informelle avec les Etats membres des Nations Unies.

« L'accès aux zones les plus touchées est difficile. Les gens ont désespérément besoin de nourriture, d'eau et d'abris », a-t-il ajouté. « Haïti fait face à sa plus grande catastrophe humanitaire depuis le séisme de 2010 ».

Le 10 octobre, les Nations Unies, en coordination avec le gouvernement haïtien et d'autres partenaires, ont lancé un appel de fonds humanitaire de 119,8 millions de dollars pour être en mesure de venir en aide à 750.000 Haïtiens affectés par le cyclone Matthew pendant les trois prochains mois.

« Je remercie les donateurs pour leur soutien initial. Mais je dois rappeler à l'Assemblée générale que cet appel est seulement financé à hauteur de 22%. Nous avons un besoin urgent de ressources supplémentaires », a déclaré Ban Ki-moon.

Le chef de l'ONU a aussi rappelé que l'ouragan avait compliqué la lutte contre le choléra en Haïti. Vendredi dernier, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a présenté aux États membres une nouvelle approche, comprenant deux pistes de travail. La première consiste à intensifier les efforts pour traiter et éliminer le choléra, ainsi que pour améliorer l'accès à long terme à l'eau potable et à l'assainissement. La deuxième piste de travail vise à élaborer une proposition d'assistance matérielle aux Haïtiens les plus touchés par le choléra après le début de l'épidémie en 2010. Le financement total jugé nécessaire pour les deux pistes de travail est évalué à plus de 400 millions de dollars au cours des deux prochaines années.

Ban Ki-moon a précisé qu'il allait détailler cette nouvelle approche devant l'Assemblée générale le mois prochain.« En attendant, je demande à nouveau aux États membres le soutien financier nécessaire pour ces deux pistes de travail afin d'en assurer le succès. Nous devons remplir notre devoir moral envers la population d'Haïti », a-t-il conclu.

Toutes les notes de l´ONU en Haïti